•  

    ELO et SUZÂME ont déposé sur deux de mes articles des commentaires qui m’ ont touchée et enthousiasmée . Elles ont exprimé en poésie leurs propres émotions et prolongé ou extrapolé mes évocations …

    GVA ,lui, a posé son regard  sur l’ensemble de mes textes et brossé un portrait que je trouve fidèle à ce que je suis…

    Enfin, SUZÂME, inspirée par une fleur d’hortensia, nous invite à donner une suite à son imaginaire …
     
    Avec leur accord, j’ai donc souhaité mettre en lumière leurs écrits, et de cette manière les remercier pour leur spontanéité, leur sensibilité, leur générosité et leur complicité .

     

     

    ************************************************************************************************************************************

     

    ELO, a spontanément et superbement prolongé

    « LE BONHEUR DU JOUR ».

    Autant de couleurs

    Que de rêves de bonheur

    Une couleur, un rêve

    Un bonheur, une trêve

    Ainsi va la vie

    De joie en soucis

    De soucis en joie

    Toute pleine d'émois .

    ELO

     

    ************************************************************************************************************************************

     

    Pour toi Plume qui m’inspires ( LA METAMORPHOSE )

    Juste en regardant cette fleur qui change ses couleurs

     

    FLEUR

    Métamorphose dans la lenteur, dans la douceur,

     Tu t'appelles aussi pastel et attendris nos regards sur l'existence.

     Une légère distance pour ne pas te cueillir FLEUR, portrait du cœur.

     Pourvu que tu vives teinte après teinte, plus longtemps

     Comme un baume à nos peurs.


    SUZÂME


    SUZÂME

     

    ***********************************************************************************************************************************

     

    Plume, lue par son cousin ...

    ·         Plume, tu écris comme tu vis, au rythme des saisons et de tes émotions, mélancolique pendant les courtes mais trop longues journées d'hiver, émue à l'aube du réveil de la nature au printemps, joyeuse avec l'abondance du soleil de l'été, et sereine devant la beauté des couleurs que nous offre l’automne.

    ·         L'hommage rendu à ton Papa est admirable de sincérité et plein d'émotion.

    ·         Tu écris bien, tu écris juste. J'adore, surtout continue !

       G.V.A.

     

    ************************************************************************************************************************************

     
    Inspirée par « UN MERVEILLEUX CADEAU », voici une improvisation d'après photos, haïku et commentaires de SUZÂME .
     
    "Bonsoir, je crois que je me suis égarée. Pourriez-vous m'indiquer l'Avenue des Poètes? Je cherche..
    - Que cherchez-vous? Qui cherchez-vous?" lui répond une voix suave, puis lui répète lentement une voix grave. "
    - J'ai envie de faire confiance. Je cherche Plume.
    " En chœur: "- Ah Plume! Venez avec nous... Sa maison, son jardin sont ouverts. Si vous montrez un poème..."


    Je te, je vous laisse imaginer la suite...

    SUZÂME .

     


     

     

     

     

    Partager via Gmail

    12 commentaires
  •  Et voici un nouveau cri de Siloé ...

     

    Tel le metteur en scène,

    Je prépare le scénario

    Et mets en place avec brio,

    Les décors dans  l’arène.

    Je crie avec passion !

    Attention … Action !

     

    Tel le grand matador,

    Aveuglé par le courage,

    Je fonce et j’enrage,

    Je ne crains pas la mort .

    La foule est en  ébullition !

    Attention …. Action !

                                                                            

    Tel le torero fatigué,

    Bien qu’encouragé par la foule,

    Qui hurle et se défoule ,

    L’animal a su résister !

    J’abandonne mes prétentions ,

    Terminées les actions !

     

    Siloé, 2 septembre 2011

     

     

    Partager via Gmail

    12 commentaires
  • Voici,Suzâme, la suite du commentaire que j’avais déposé pour ton poème « la vie aime les fêtes » … Cadeau !

    J’aime …
    La surprise de bonheurs minuscules,
    Les parfums distillés au crépuscule.
    Les nuages légers qui caracolent,
    Le ciel azur où mes rêves s’envolent.

    Les complicités simples et généreuses,
    Les attentions tendres et affectueuses.
    Le ciel du mois d’Août constellé d’étoiles,
    Qui m’invitent à hisser la grand’ voile …

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  • ... pour Cécile Chenard , dont l' univers , j'en suis persuadée vous interpellera ...

    Je vous présente l' un de ses derniers poèmes , un cadeau qui m'a été fait pour être partagé !

     

    Ma misère pousse bien,

    Je l’arrose le matin,

    Mes chagrins prospèrent,

    Bien à l’abri de la lumière,

    Mes soucis perdurent,

    En veux tu quelques boutures ?

    C’est bien parce que c’est toi,

    Et que tu en auras grand soin,

    Pour que tu ne m’oublies pas,

    Sur le bord de ton chemin,

    Que je te donne un bout de peine,

    Gare, elle profite au noir,

    Tu verras elle est bien saine,

    Et elle tient chaud le soir,

    Comment ça tu en as déjà ?

    De la plus grosse ?

    Et plus que moi !

    Mais c’est de la fausse,

    Crois- moi !

    C’est impossible, j’ai l’unique,

    La seule en l’espèce

    Rare et lubrique

    C’est de la  vraie ma détresse…

     

    Cécile CHENARD

    Partager via Gmail

    20 commentaires
  • J'ai été touchée par ce poème ... ELO, très généreusement, m'a autorisée à vous le présenter .

     

     

    MA GENTILLESSE

     

    La gentillesse n'est pas un dû

    Qui autorise tous les abus

    La mienne a été abusée

    Elle en sort désabusée

      

    Gentille, aimable, conciliante

    Je ne suis pas de nature méfiante

    Je donne, j'offre tout ce que j'ai

    Je demande seulement du respect

      

    "Elle est gentille, elle se pliera

    A nos moindre desiderata ."

    C'est ainsi que mon coeur gentil

    Fut considéré comme petit

      

    Certains en usèrent pour me nuire

    Le rendant responsable du pire

    D'autres simplement par mépris

    L'utilisèrent jusqu'à ce qu'il fuit

      

    Torturé, tourmenté, secoué

    C'est ainsi que mon coeur brisé

    A appris qu'il devait dire non

    Lorsqu'on le prenait pour un pion

      

    La confiance doucement revient

    Toujours gentille, je tends la main

    Mais aujourd'hui je reconnais

    Lorsqu'on me manque de respect

      

    Mes amis connaissent mes valeurs

    La gentillesse de mon coeur

    Ils savent qu'on peut lui faire confiance

    Et le rendent en reconnaissance

      

    Pour tous ceux qui voudraient encore

    Jouer de mon coeur, de mes efforts

    Sachez qu'il a ouvert les yeux

    Il n'entrera plus dans vos jeux

      

      ELODIE BELLULE

     

    Le blog de confidences d'une libellule

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    8 commentaires